Chambray Touraine Handball

Actualités > Article > Antoine Recher : « Le projet est primordial. »
photo antoine 1540pxls
20 Décembre 2018

Antoine Recher : « Le projet est primordial. »

  Antoine est devenu le responsable commercial du CTHB le 1er juin 2017 : «  Une date inoubliable puisque c'était le jour de mes trente ans ! J'étais arrivé en Touraine en juillet 2013 pour prendre le même type de fonction commerciale au sein du Tours Football Club. »

 

Tu as donc débuté dans le foot professionnel ?

 

«  Oui, tout a commencé à Montpellier en 2010. J'y ai vécu mon dernier stage pour obtenir mon master en management et marketing dans le sport professionnel en 2011. Ensuite, je suis allé au FC Istres qui évoluait à l'époque en Ligue 2 avant de créer ma propre régie commerciale en Normandie en avril 2012. J'ai été au contact du monde du rugby, du hand et du volley au Havre, à Caen et à Rouen en ayant collaboré pour des clubs normands dans ces disciplines.

Je devais intégrer Sport and Co (régie commerciale)  pour le compte du  Football Club de Rouen à partir de l'été 2013. Il y a eu dépôt de bilan d'un côté et proposition de Sport and Co pour développer le Tours FC de l'autre... »

 

Foot ou hand professionnel, quels sont les leviers commerciaux indispensables pour les clubs?

 

«  C'est le projet qui est primordial et sa notion de construire « ensemble ». Il est à la base du démarchage auprès des entreprises. A partir de là, mon travail consiste à fidéliser les partenaires existants  et à proposer des offres de visibilité et de relations publiques (places VIP). Il est essentiel d'offrir une visibilité permanente du club dans le paysage économique local pour élargir continuellement le cercle afin d'augmenter les recettes financières.

On doit viser à améliorer continuellement les prestations des relations publiques avec les VIP et à assurer la qualité de l'image donnée par le club à travers la panneautique, le maillot et l'affichage. 

Il s'agit également d'animer un club partenaires  à travers huit évènements dans l'année afin de créer des synergies et des affinités commerciales entre nos sponsors. On conjugue une dimension « business » avec la convivialité qui constitue l'ADN du CTHB.»

 

Et ça fonctionne bien pour le CTHB ?

 

«  Oui. La structuration d'ensemble est solide parce qu'elle ne tient pas à un ou deux gros mécènes.

Il y a, bien entendu, des partenaires majeurs qui sponsorisent le maillot mais il y a aussi les officiels qui sont associés sur les shorts ou le rond central et tous les autres partenaires qui apparaissent régulièrement avec la panneautique, les Led, les programmes et nos places VIP les soirs de match.

Dans l'esprit et les faits, il n'y a pas de petits partenaires au CTHB. C'est la règle d'or.

 

Chambray veut rester pérenne en LFH mais a aussi envie d'Europe. Alors on continue de construire avec un chiffre d'affaires qui est passé de 550 000 € en 2015-2016 à plus de 900 000 € actuellement. Le budget global évalué à 1 400 000 € constitue le 10ème budget de la LFH mais il est le 5ème en recettes privées. L'atout majeur c'est d'avoir en vitrine la singularité du projet  avec une équipe féminine évoluant au plus haut-niveau national en handball, un sport devenu de plus en plus médiatique.

Je suis certain, pour terminer, que l'agrandissement du gymnase de la Fontaine Blanche, à l'horizon 2020, va constituer un nouveau levier de développement. Pour la plus grande satisfaction des partenaires comme du public, nous pourrons offrir plus de places en tribunes et une gamme de produits encore plus élargie. »

 

 François, pour le CTHB.