Chambray Touraine Handball

Actualités > Article > Jérôme Delarue : « Diversifier les efforts pour bien (re)commencer »
jerome delarue 2
22 Juillet 2020

Jérôme Delarue : « Diversifier les efforts pour bien (re)commencer »

    Première visite médicale le 9 juillet, premier match de championnat LBE le 9 septembre, les joueuses du CTHB ont deux mois pour se remettre à niveau...après quatre mois sans entraînement collectif ni compétition. Une situation inédite que Jérôme Delarue, bien épaulé par Pierre Chenu, Vivien Gaillard et Guillaume Marquès, veut gérer au mieux dans l'optique d'une saison qui s'étendra de septembre à fin mai avec quelques semaines à très haute intensité.  

 

Comment abordes-tu cette période de préparation ?

En fonction de tout ce qui est arrivé depuis le 11 mars, je suis passé par beaucoup de questionnements. La reprise pour le groupe fixée à quelle date ? L'état physique et mental des filles ? La cadence des matchs entre championnat à quatorze équipes, donc 26 journées, et les rencontres par poules en Coupe de France ? L'avancement des travaux à la Fontaine Blanche ?

 

On travaille ensemble pour apporter les meilleures réponses possibles. On a décidé de reprendre la préparation deux semaines plus tôt, ça permet de ne pas aller trop vite et de respecter la différenciation de condition physique démontrée par les premiers tests. C'est normal que ce soit hétérogène. L'objectif primordial consiste à ce que chaque joueuse revienne à un bon niveau au cours de cette période ajoutée. Il faut être encore plus vigilant sur le risque de blessure. C'est pourquoi nous diversifions beaucoup les efforts pendant cette première phase de préparation.

 

Tes premiers commentaires sur le calendrier de la saison ?

Il y aura des semaines différentes en volume de matchs. Le CTHB est exempt pour la première journée de poule en Coupe de France dès le début septembre et ça me convient bien. On recevra Dijon le 9 et on ira à Brest le 16 sans avoir à disputer une rencontre de Coupe entre les deux comme pas mal d'autres équipes. Ensuite, nous savons que certaines périodes seront très denses, que la trêve internationale précédera des mois de janvier puis février bien remplis et que la fin de championnat sera intense avec six journées entre le 28 avril et le 23 mai.

 

Quelques matchs de préparation sont prévus ?

Nous n'en ferons aucun à domicile. On jouera contre Nantes le 19 août, contre Dijon (à Fleury) le 22 août et on ira à Brest du 28 au 30 août pour disputer le tournoi Caraty face à Brest, Nantes et Fleury.

 

Côté perso :

 

Comment as-tu vécu la période de confinement ?

J'ai respecté les mesures imposées en restant à la maison avec Nathalie et nos deux filles. Ça faisait plus de cinq ans que je n'avais pas passé autant de temps chez moi. J'en ai profité pour faire quelques travaux de bricolage et j'ai entrepris deux formations. D'abord en consacrant 80 heures de travail personnel pour améliorer mon anglais, être plus à l'aise et passer un cap supérieur dans la conversation. J'ai régulièrement regardé des séries en anglais à la télé. Ensuite, j'ai suivi une formation pour le découpage-vidéo. Jusque-là c'était plutôt empirique et je voulais que ce soit plus carré, plus opérationnel, plus efficace.

 

Ta première sortie après le déconfinement ?

C'était début juin avec mon ami Emmanuel Pontlevoy. Nous sommes allés déjeuner en famille à Montlouis.

 

Un peu de vacances avant la reprise ?

Nous sommes allés passer une dizaine de jours au Vieux Boucau, en camping dans les Landes, avec des amis

 

La dernière bonne bouteille dégustée ?

Un Pommard 2015 que j'ai partagé avec des amis à la maison. Cette bouteille me faisait de l’œil depuis un bon moment dans la cave, elle a marqué la fin du confinement.

 

Dans la famille Delarue, on épluche les légumes ou on consomme des surgelés ?

On achète des produits locaux, j'épluche les légumes et Nathalie cuisine. C'est bien organisé...et toujours très bon !

 

Quel média préfères-tu pour te tenir informé au quotidien ?

Je vais sur Internet pour lire des articles de journaux.

 

Une anecdote pendant le confinement ?

J'ai couru pour continuer de m'entretenir physiquement...et je me suis claqué le mollet droit au mois d'avril. Ça m'a stoppé net !

 

François, pour le site du CTHB

Nous utilisons différentes technologies pour optimiser votre expérience utilisateur.
Merci de cliquer sur le bouton pour donner votre accord.

Vous souhaitez en savoir plus ? Cliquez ici

Annuler