Chambray Touraine Handball

Actualités > Article > L'interview de Nadia Bellakhdar
handID-46
14 Mars 2019

L'interview de Nadia Bellakhdar

   Arrivée pour la première fois à Chambray au cours de la saison 2009-2010 en Nationale 1 couronnée par la montée en D2, Nadia a ensuite alterné entre Noisy le Grand et le CTHB créé en 2010. Un an à Noisy en 2010-2011 avant un retour de deux années en Touraine, de nouveau quatre saisons en Ile de France (de 2013 à 2017) et, depuis l'été 2017, le championnat de LFH avec le CTHB : «  C'était un gros challenge personnel dans lequel je me suis lancée après avoir terminé mes études supérieures (master en transport et logistique). J'ai pu me livrer à fond dans le hand en étant professionnelle à 100 % et ça me plaît.»

 

 Nadia la guerrière ne renonce jamais. Elle l'a encore démontré face à Paris en mettant une pression continuelle sur la défense adverse et en réalisant un 4 sur 5 déterminant en seconde période. Avec 68 buts son actif, elle est toute proche du top 20 des meilleures buteuses dans la LFH 2018-2019.

Nadia fait partie du trio majeur offensif du CTHB avec Szimonetta Planeta, actuellement deuxième avec 108 buts (derrière la Messine Ana Gros), et Mouna Chebbah, septième avec 92 buts. Que du beau monde en base arrière !

 

Les cinq dates choisies par Nadia :

 

* Septembre 2004 : Après avoir été refusée au pôle de Châtenay-Malabry, j'ai intégré celui de Chartres placé sous la direction de Sébastien Gardillou. Pour moi, c'est une figure paternelle. C'est la personne qui m'a permis de passer cinq ans au pôle, parce que j'ai été prise alors que j'étais encore en quatrième au collège, dans de très bonnes conditions et d'en sortir avec une mention au bac.

 

* Saison 2010-2011 : La plus belle avec Noisy. L'équipe était imbattable et a terminé avec un titre de champion de France de D2. Caroline Valente et Louise Thomé en faisaient partie.

 

* 2012 : La pire période de ma vie à la suite d'une rupture des ligaments croisés. Je me suis blessée à Cannes et j'ai pleuré dans le car pendant tout le voyage du retour. Pour l'anecdote, j'avais reçu une proposition de Cannes pour la saison suivante...mais ça n'a pas abouti.

 

* 2015 : C'est l'année de l'obtention de mon master à l'Université de Champs sur Marne dans le domaine de l'urbanisme. Deux années difficiles pour concilier des études supérieures et les exigences de la D2 en handball. Je suis allée jusqu'au bout, c'était très important pour ma famille et pour moi.

 

* Juillet 2017 : J'ai entendu la voix de Christophe Bouhour au téléphone. Il m'a proposé de revenir au CTHB, de jouer en LFH. Il a fallu que je m'accroche mais j'ai le sentiment de m'être installée de jour en jour à force de travail et d'envie de réussir. J'espère qu'on va disputer les play-offs pour la troisième fois consécutive en trois ans. C'est bien pour un club jeune comme le CTHB...et je me dis que l'Europe n'est pas si loin !

 

François, pour le site du CTHB