Chambray Touraine Handball

Actualités > Article > Nationale 1 : Fabien Vedel fait un premier bilan
N1 - FABIEN
18 Décembre 2019

Nationale 1 : Fabien Vedel fait un premier bilan

    Après huit journées de championnat sur les vingt-deux programmées, le groupe du CTHB entraîné et managé par Fabien Vedel est en huitième position. Un classement dans le « ventre mou » qui n'autorise aucun faux-pas selon Fabien : «  Les trois derniers de la poule seront relégués en Nationale 2 et, au tiers de la compétition, il n'y a que huit points d'écart entre Harnes, le quatrième, et Bully les Mines, le douzième. Pour moi, si le trio de tête composé d'Alfortville, Saint-Michel et Serris Val d'Europe semble un cran au-dessus, la poule est plutôt homogène...donc difficile. »

 

Quel est l'objectif pour cette saison avec ce groupe de très jeunes joueuses ?

 

«  L'objectif du maintien est accessible. Il faudra toutefois éviter des accrocs comme ceux de la défaite à l'extérieur à Bully et à domicile face à Harnes. Le groupe s'investit mais c'est difficile de travailler collectivement sur un projet de jeu avec un seul entraînement en commun par semaine le vendredi. Il y a automatiquement un manque de repères collectifs et il faut que les joueuses soient irréprochables dans la rigueur personnelle pour qu'on puisse aller chercher les victoires indispensables. Il ne fallait pas se rater à Colombes, on s'est déplacé à neuf et on est revenu avec les trois points. La réception de Palaiseau, le 4 janvier, aura beaucoup d'importance. On est à un point de Fleury et Lille, à trois longueurs d'Harnes et Brest d'un côté mais on n'a que deux points d'avance sur Colombelles et Palaiseau et cinq sur Colombes et Bully qui sont en queue de peloton. »

 

Qu'est-ce qui t'a amené à signer à Chambray ?

 

«  Je suis Girondin d'origine avec mes premiers pas dans le handball au collège d'Arsac. Le bac S en poche, j'ai d'abord choisi le STAPS de Talence mais j'ai vite préféré m'orienter vers un Brevet d’État en prenant l'option handball. Vincent Philippart a été mon formateur (le monde est petit puisque je le retrouve neuf ans plus tard au CTHB) et j'ai obtenu mon diplôme en 2010. J'ai passé une année en région Centre à Saint-Doulchard avant de repartir vers le Sud à Carcassonne, où j'ai été conseiller technique fédéral pendant plus de quatre ans, et j'étais en Haute-Garonne depuis deux ans comme responsable du pôle espoirs accession à Toulouse et entraîneur de l'équipe de l'Union en nationale 2. La proposition de Chambray m'a intéressé. Je m'enrichis chaque jour au contact des entraîneurs de la LBE, ça m'apporte beaucoup dans la vision du travail technique à mettre en place. Le club m'a très bien accueilli et a efficacement facilité mon installation familiale.  Autrement dit, tout va bien.»

 

Les 35 heures par semaine sont donc bien occupées…

 

«  Effectivement, mon planning hebdomadaire est bien rempli. La prise en charge de l'équipe qui joue en Nationale 1 est naturellement couplée avec les interventions spécifiques pour les jeunes du centre de formation. L'autre grand axe concerne la structuration de la filière amateur. J'ai pour mission de former des cadres au sein du club au cours de six matinées programmées sur l'ensemble de la saison. Ça rejoint mon projet d'auto-entrepreneur dans le domaine de la formation que j'ai pratiqué en 2017-2018.

Je prévois donc huit à dix matinées, le samedi, qui seront consacrées aux projets des entraîneurs pour toutes les équipes de jeunes. La filière doit être construite ensemble avec l'idée maîtresse d'un cursus d'excellence sportive. Il y aura détection au sein des licenciés, garçons ou filles, et travail sur le potentiel avec accompagnement jusqu'à l'entrée au pôle (voire plus). C'est le coeur de la politique globale du CTHB pour l'avenir et c'est très intéressant. »

 

François, pour le site du CTHB

crédit photo AlexisC.

Nous utilisons différentes technologies pour optimiser votre expérience utilisateur.
Merci de cliquer sur le bouton pour donner votre accord.

Vous souhaitez en savoir plus ? Cliquez ici

Annuler